Les Charchivistes – mise en contexte

Chaque aquarelle du projet “Les Charchivistes” était accompagnée d’un note de mise en contexte :

Les Charchivistes

L’aquarelle ci-jointe s’inscrit dans une série de 60 œuvres originales (et une série complémentaire de six pièces notées en chiffres romains) dont les personnages principaux sont des chatons archivistes, ou de petits coquins s’amusant dans un univers d’inspiration archivistique.

J’ai commencé à utiliser la thématique des chatons au printemps 2014 lors de la campagne électorale provinciale. J’avais remarqué le ton de plus en plus amer des commentaires sur Facebook et une diminution des publications d’images de chatons mignons (qui en ont presque fait la marque de commerce de l’univers des réseaux sociaux). Je me suis dit qu’il fallait contrecarrer la morosité en ajoutant davantage de chatons, ce que je fis en m’assurant qu’ils soient plus loufoques les uns que les autres.

Les Charchivistes sont des chatons qui viennent visiter le monde des archives. On les voit tantôt à un comptoir de service, tantôt en train de classer, documenter ou bien de prendre une pause, mais surtout les voit-on jouer de façon bien inoffensive, il va sans dire. Par le jeu ils indiquent la curiosité générale que l’on peut avoir au sujet des archives, la recherche d’émotions au moment de regarder le passé.

Dans la plupart des aquarelles de la série on retrouve des objets qui sont, pour le grand public, les icônes des archives : les boîtes d’archives, les vieux ouvrages reliés, les parchemins, etc. On voit aussi à l’occasion des fleurs et des papillons, représentations de la fragilité des archives si aucune mesure de conservation n’est prise. Dans certains cas on verra des points colorés exécutés au pochoir qui est en fait une carte perforée de machine à tricoter, basée sur le principe même des cartes des métiers à tisser Jacquard et qui a été repris dans les premiers temps de l’informatique comme parmi les premiers systèmes de conservation de données. Dans d’autres cas, de fines grilles de métal ont été utilisées comme pochoirs, symbolisant structure et multiplicité. À l’endos de chaque tableau, une note explique l’origine du papier utilisé : celui-ci n’étant pas anodin.

Finalement, l’enveloppe qui contient l’œuvre est un design inversé pour suggérer le caractère ouvert des archives, toujours prêtes à révéler une nouvelle vision de ce qu’elles supportent. Le matériau utilisé, la soie grège, à la fois luxueux et délicat, et son traitement en bords non finis ont été choisis pour évoquer, à nouveau, la fragilité des archives.

 

Les Charchivistes

Aquarelle mettant en scène des chats jouant aux archivistes, habitant les lieux où attendent les archives.

En premier, une ébauche retrouvée, toute barbouillée, remplie de petits échantillons de couleur :

les charchivistes esquisse

Et l’aquarelle dans sa version finale :

les charchiviste FB

L’oeuvre a été terminée en septembre 2015.

Mise à jour 2016 : l’Association des archivistes du Québec m’a demandé de créer une série de petites oeuvres à offrir en cadeau aux personnes invitées en tant que conférenciers pour leur 45e congrès annuel. Ce qui a donné cet ensemble.