Aurevoir Patreon

Aujourd’hui j’ai fermé ma page Patreon. Après presque 10 mois je n’ai pas réussi à attirer su

Aujourd’hui j’ai fermé ma page Patreon. Après presque 10 mois je n’ai pas réussi à attirer suffisamment de “patrons” (le terme de ce site pour signifier des souscripteurs). Au lieu de m’enliser dans un marketing pour mousser la page et finir par faire ce qui m’agace le plus chez la plupart des créateurs sur les réseaux sociaux, c’est-à-dire être constamment en mode promotion, je préfère passer mon temps à créer. J’ai déjà une présence sur Facebook, Twitter, Instagram, YouTube et Vimeo, en plus de ce blogue. Ce n’est pas très simple de distribuer du contenu sur chacune de ces plateformes car je crois qu’il faut l’adapter à chacune et non simplement faire du copier-coller (ce que j’avoue faire souvent par manque de temps ou d’inspiration).

Le contenu qui avait été créé spécifiquement pour Patreon ne sera pas disponible ici dans sa forme originelle. Il sera soit effacé ou transformé en d’autres éléments.

Un peu moins de bruit Internet et un peu plus de concentration sur l’œuvre. Je vais à contre-courant : ça rapporte peu mais c’est plus satisfaisant pour l’esprit.


Today I closed my Patreon page. After almost 10 months I have not managed to attract enough “patrons” (it means subscribers in Patreon lingo). Instead of getting bogged down in marketing to boost the page and end up doing what annoys me most from what most creators do on social media, that is to say, being constantly in promotion mode, I prefer to spend my time creating. I already have a presence on Facebook, Twitter, Instagram, YouTube and Vimeo, beside this blog. It is not very easy to distribute content on each of these platforms because I believe that it is necessary to adapt it to each and not simply to copy and paste (which I admit to do often for lack of time or inspiration).

Content that was created specifically for Patreon will not be available here in its original form. It will either be deleted or transformed into other elements.

A little less internet noise and a little more concentration on the work. I’m going against the tide: it pays little but it’s more satisfying for the spirit.