YouTube à l’occasion propose des vidéos qui sont, en apparence, sans rapport aucun avec les sujets généraux qui m’intéressent. Petite parenthèse ici sur cette lame à deux tranchants qu’est la collecte des données à toutes fins. D’un côté, c’est bien à la mode de décrier la vente de nos “données” au plus offrant, de l’autre cependant, ça nous permet de faire des découvertes sans recherche. Parfois les algorithmes déraillent un brin, ainsi Kowloon est apparu à mon écran.

La vidéo (en anglais):

Phénomène incroyable d’urbanisme organique, il contient son langage de formes propre. Un langage qui, sans que je passe des paragraphes et des paragraphes à tout expliquer, rejoint mon intérêt pour le phénomène de la perception — plus précisément le moment entre le fait de percevoir de manière organique (les yeux reçoivent la lumière; les oreilles, le son; les doigts, la texture, etc — et le décodage final dans le cerveau, la reconnaissance ou non du phénomène observé.

Petit bonheur additionnel, une recherche sur Google me donne quantité d’images sur certains aspects de la structure de Kowloon: des heures de plaisir en perspective à suivre, à l’imaginaire, ces passages labyrinthiques.

De collages et autres triturations d’images, en petit format (j’ai une préférence pour ce que je peux voir d’ensemble d’un coup) en agrégations en grandes surfaces virtuelles: idées à considérer pour un futur projet. Mais pas tout de suite, j’ai encore beaucoup à faire avec ce qui m’occupe pour l’instant, des projets privés — faut bien faire entrer un peu d’argent pour ensuite poursuivre des fantaisies 🙂

* * *

YouTube occasionally offers videos that seemingly have nothing to do with the topics that generally interest me. Small parenthesis here: on this two-edged sword that is the collection of personal data for any-and-all purposes, on the one hand, it is currently fashionable to decry the sale of our “data” to the highest bidder; on the other hand, however, it allows us to make discoveries without much research. Sometimes the algorithms get off track a bit, so Kowloon appeared on my screen.

See the video link above.

An incredible phenomenon of organic city planning, it contains its own language of forms. A language which, without having to spend paragraphs and paragraphs explaining everything, falls within my interest in the phenomenon of perception — more precisely the moment between the fact of perceiving organically (the eyes receive the light; the ears, sound; fingers, texture, etc. — and the final decoding in the brain, recognition or not of the phenomenon observed.

As a happy bonus, a search on Google gives me quantity of images on certain aspects of the structure of Kowloon: hours of pleasure in perspective to come. Let the imagination wander in these labyrinthine passages.

Collages and other image processing, in small format (I have a preference for what I can see all at once) aggregated in large virtual surfaces: ideas to consider for a future project. But not right away, I still have a lot to do with what occupies me for the moment, private projects — one has to bring in a little money to then pursue fantasies 🙂