En jouant plus à fond avec des photos numériques à développer (ce que je faisais avec Lightroom), autant dans RawTherapee que DarkTable, je remarque que malgré que je m’habitue assez facilement à ces logiciels, certains aspects du développement étaient un rien plus faciles avec Lightroom. Cela tiendrai au fait, selon mon humble avis d’amateur, que Lightroom contient moins d’options que ces autres logiciels et on peut facilement se perdre dans tous les modes correctifs si on n’est pas très renseigné sur ce que chaque mode peut faire et quand l’utiliser.

Ceci dit, et je l’ai déjà mentionné dans un post précédent, cette quasi-surabondance d’options m’ouvre à de nouvelles perspectives créatives.

Pour ce qui est de DaVinci Resolve, en remplacement de Premiere, j’ai encore beaucoup de travail à faire pour arriver au même degré d’aisance que j’avais avec Premiere et After Effects. Pour l’instant je ne fais que de l’édition primaire (cut & paste).

J’ai installé Blender ( https://www.blender.org/ ) mais je n’ai pas encore exploré le programme. Ça risque d’être un complément très intéressant dans ma boîte à outils de créativité.

Ci-dessous, un ensemble d’images qui seront intégrées, toutes ou en partie, dans une prochaine vidéo. J’attire surtout l’attention sur les contrastes, l’expression (ou non) des couleurs, plutôt que des sujet puisque ces images seront beaucoup retravaillées, recomposées.