C’est tout de même avec un certain regret que je quitte les logiciels Adobe. Ils furent mes compagnons de créativité ces quatre ou cinq dernières années. Cependant puisque je ne vends aucune création, la suite Creative Suite d’Adobe devient de plus en plus dispendieuse considérant un portefeuille de plus en plus restreint.

Mais avant, je dois m’assurer que je peux faire presque toutes les tâches essentielles avec d’autres produits (qui sont offerts sans souscription–procédé de facturation qui devient onéreux).

Qu’est-ce qui est essentiel ?

  • Le développement des photos numériques (que je réalisais avec Lightroom), mais je peux le faire avec RawTherapee, gratuitement.
  • Le dessin sur photo, les assemblages et découpages de photos (que je réalisais avec Photoshop) que je peux faire en partie avec Affinity Photo et Corel Painter (ces logiciels-ci ne sont pas gratuits).
  • L’édition vidéo (avec Adobe Premiere Pro) que je peux faire avec DaVinci Resolve 16 (il existe une version gratuite qui semble faire énormément de choses).
  • Les effets spéciaux vidéo (que je réalisais avec Adobe After Effects, logiciel très lourd et pas trop simple mais ça permet de faire pas mal de trucs) qui sont, semble-t-il, tout à fait réalisable à l’intérieur de DaVinci Resolve. C’est à voir.
  • L’édition audio (avec Adobe Audition) dont une partie peut être réalisée dans Ableton Live et d’autres effets dans Audacity (ça reste à voir). À noter que DaVinci Resolve contient un module audio assez puissant.
  • Les dessins vectoriels (je n’en ai pas fait beaucoup récemment) que je réalisais avec peine dans Adobe Illustrator (je n’ai jamais trop compris la logique de ce logiciel) mais je vais retourner à CorelDraw. J’ai aussi acheté Affinity Designer qui est très simple à utiliser mais les fonctionnalités sont relativement limitées. À suivre.
  • Rarement, de la mise en page (avec InDesign). Affinity Publisher, encore en mode beta, donc gratuit, fait amplement l’affaire.

Je vais donc devoir jongler davantage entre plusieurs logiciels pour arriver à mes fins créatives. Je devrai apprendre de nouveaux automatismes et passer de longues heures à éplucher les guides d’utilisation.

Déjà à ma première journée de conversion, j’ai été confronté à un problème de taille : DaVinci Resolve ne peut lire les fichiers vidéos au format .mpg. Ça m’ennuie beaucoup parce que j’en ai des centaines, issus de conversions de cassettes vidéo VHS. J’ai trouvé un logiciel, qui se dit gratuit mais je n’en suis pas trop sûr: Prism de NCH Software. Incroyablement lent, mais lent, réellement lent, j’attends encore la fin de la conversion d’un premier mpg. Handbrake (gratuit) n’arrive pas à convertir un fichier sur deux pour des raisons que j’ignore (et j’avoue que de chercher ça ne me tente pas du tout).

Aussi, Affinity Designer ne peut convertir en vectoriel une image bitmap, ce que Illustrator fait très bien. CorelDraw aussi. Cependant le module de conversion dans CorelDraw 2019 m’apparaît moins puissant que les assez anciennes versions. Je me souviens que Xara faisait un travail de conversion admirable mais l’ensemble des outils de travail vectoriel était trop limité pour que je réinstalle le produit.

Bonne nouvelle cependant, DaVinci Resolve ne plante pas une fois sur deux quand Google Chrome est ouvert, ce qui est le cas avec Adobe Premiere. Il semble que ce soit un problème de pilote (driver) de la carte vidéo–même mis à jour, le problème persiste. Avec Resolve ça ne semble pas se produire.

Finalement, j’irai voir du côté de Blender pour voir comment faire des effets spéciaux de vidéo (selon quelques critiques que j’ai lues, il paraît que c’est un logiciel formidable. Espérons seulement qu’il n’est pas trop difficile à apprendre).

Pour ce qui est de Paintual, mon petit projet, je me bats avec les Dependency Properties. J’arrive à les créer et à pouvoir assigner des valeurs dans le Visual Designer de Visual Studio. J’ai cependant déplacé les nouveaux contrôles de traduction dans le module principal au lieu de les mettre avec les autres contrôles visuels (dans Cuisine, pour ceux, celles, qui suivent ce projet) parce que j’avais fait une erreur de parcours que j’ai pu corriger depuis. Il me faudra donc transférer les fichiers à nouveau dans Cuisine. Ça bouge un peu. Mais je réalise à quel point j’oublie facilement: ne pas avoir programmé pour plusieurs mois et hop! ma mémoire se vide et je dois fouiller pour retrouver tous les petits détails que j’avais appris et redécouvrir les méandres de mon code.

Puisque j’ai toutes mes journées à moi, je peux passer tout le temps que je veux sur tous les aspects de ce que je viens d’énumérer ce soir.

Je vais tenir un journal de ma conversion hors du monde Adobe, c’est à suivre.